B happy by Nasir Nasrallah, via Flickr CC

B happy by Nasir Nasrallah, via Flickr CC

Il paraît que dans notre monde halluciné par le profit et surtout le profit rapide, on a tout vendu et acheté. Mais, ces dernières années on vient de découvrir qu’il y a une chose ou plutôt un concept qu’on n’a pas encore vendu : c’est tout simplement le bonheur.

En effet, dans la logique du « Business » pour vendre un produit il faut qu’il y ait déjà un besoin et si le besoin n’existe pas il faut le créer pour pouvoir tout de même vendre le produit.

Notre  « famous product »  est le bonheur mais je ne sais pas vraiment est ce qu’il existe un besoin urgent sur la planète de diffuser le bonheur partout ? Y’a-t-il une crise de bonheur plus aiguë que la crise économique ? Y’a-t-il vraiment une pénurie de bonheur sur la terre beaucoup plus importante même que la pénurie d’eau dans certaines régions de la terre ?

Ou bien ce besoin est tout simplement créé et on est loin d’être plus malheureux que nos antécédents.

Tous les médias ont tendance à nous divulguer le message suivant : l’Homme du 21ème siècle est malheureux, la modernité nous a volé la joie de vivre, etc.

Mais est ce que ceci est vrai ? On est dans une époque ou on communique avec des gens au bout du monde, on voyage facilement, on a les réseaux sociaux avec lesquels on renoue le contact avec nos amis d’enfance, un niveau de vie élevé, etc.

Notre époque est loin d’être la plus malheureuse, alors pourquoi il y a beaucoup plus de livres et de formations sur le bonheur que pendant les périodes de guerres mondiales ? Est ce que les gens étaient heureux à ces périodes là ?

A mon avis, ce besoin urgent de bonheur est juste créé  pour vendre.

Oui vendre…Certainement vous avez tous lu un jour ou l’autre un livre ou un article qui essaie de vous donner la recette magique pour atteindre le bonheur. Ils sont intitulés généralement : les 7 clés du bonheur  (parfois cela peut être 5 ou 10 tout dépend du temps de l’écrivain), comment être heureux ? , et si je choisis d’être heureux, comment trouver le bonheur, les secrets du bonheur, etc.

Et tous ces livres sont vendus à des millions d’exemplaires !

En plus des livres, il y a aussi les coachs dans le domaine du développement personnel qui n’épargnent pas d’effort pour inspirer les gens et leur montrer le chemin vers le bonheur. Il suffit juste de payer quelques dizaines voir même centaines de dinars ou d’euros (tout dépend de la notoriété du coach) et d’assister à un séminaire et voilà après vous serez heureux, vous allez craquer la vie à plein dents !

Il y a aussi les émissions de téléréalité qui ont pour but de rendre les candidats, non pas de chanteurs célèbres, mais des êtres heureux. Et bien sûr il ne faut pas parler du bonheur sans évoquer la célèbre chanson de Pharrell Williams « Happy » qui a été vue plusieurs millions de fois sur youtube, rien que le mot « happy » attire déjà avant même d’écouter la chanson.

Et pour pousser encore les choses plus loin, il existe de nos jours un indice annuel mondial du bien être. Selon cet indice, c’est au Panama que l’on était le plus heureux en 2013. Doit-on donc préparer nos valises et traverser des océans pour être au royaume des heureux ?

Tout simplement, nous sommes ni plus heureux ni plus malheureux que nos antécédents, on vit des hauts et des bas, parfois on s’envole de joie, parfois on se sent au fond du gouffre…

Et même si un jour on se sent perdu et malheureux, on ne doit pas recourir à des recettes magiques et standards. Le bonheur est un chemin propre à chacun de nous. En fait, on n’a pas besoin de quelqu’un pour nous montrer notre propre chemin de l’épanouissement, il faut juste creuser au plus profond de nous et on va vivre notre propre histoire de bonheur. Donc il faut juste que chacun d’entre nous vit ce que Paulo Coelho appelle « la légende personnelle ».

Vivons donc chacun sa légende personnelle et oublions ces « to-do lists » de bonheur.

2 commentaires on “Le « Business » du Bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *