la mer-AntibesJ’étais assise sur un banc à regarder la mer. Il fait vraiment très beau. C’était un jour du mois de novembre 2012 que je n’oublierai jamais. J’aime beaucoup Antibes, cette ville calme et tranquille. Je sens qu’il y a quelque chose en moi qui appartient à cette ville, comme si mes ancêtres étaient passés par là et y avaient laissé leurs traces. Ici je me sens en harmonie avec moi-même, le temps n’a plus de sens, l’âge non plus. Seuls mes rêves défaits et mes projets inachevés apparaissent de temps en temps pour noircir un peu mes pensées.

Je commence à contempler les femmes et les hommes qui se promènent au bord de la mer. Certaines personnes sont accompagnées alors que d’autres sont seules…comme moi. Plusieurs personnes promènent leur chien et font semblant d’être satisfaits de cette compagnie, mais Dieu seul sait à quel point ils sont malheureux et qu’ils ont besoin d’un être humain à leurs côtés. D’ailleurs je comprends très bien ce sentiment de solitude, car ça fait une semaine que j’en souffre amèrement. Une vielle dame courbée par le poids des années passe et me sourit, j’ai voulu lui dire s’il vous plaît madame est- ce qu’on peut discuter un peu, car je souffre comme vous de la solitude.

J’ai fermé les yeux et j’ai commencé à écouter les vagues de la mer. La mer est aussi seule, elle n’a pas de compagnie, tout le monde veut la contempler, mais personne n’a pris la peine de lui parler et de connaître ses peines et ses soucis. Je suis habituée à parler toujours à la mer, je lui divulgue mes soucis, mes chagrins et je lui fais des promesses. Oui… je fais toujours des promesses à la mer, des promesses de changer, d’avancer et de ne jamais laisser ma vie m’échapper. J’ai tenu à certaines de mes promesses, mais d’autres sont parties avec les vagues et ne se sont jamais réalisées.

J’ai eu donc l’idée de rester toute près de la mer pour lui chuchoter mes pensées. J’ai choisi un endroit que j’aime beaucoup, là où il y a des grands rochers. Je me suis assise donc et j’ai commencé mes chuchotements. Mais une série d’instantanées commence à se dissoudre dans mon esprit…

C’est la première fois que je viens à Antibes toute seule, j’étais toujours accompagnée par mes meilleures amies. Mais cette fois tout est différent, elles me manquent beaucoup. Je vois les traces de nos promenades partout, j’écoute nos voix aussi. Nous étions habituées à venir toujours là pour jeter des petites pierres dans la mer en criant à haute voix les rêves qu’on aimerait voir se réaliser. Que de beaux souvenirs !

Beaucoup d’images défilent sans cesse dans ma tête. J’ai essayé de repousser tous mes souvenirs et de garder mon calme. Je me sens au milieu de nulle part. Un vent glacé me ramène à la réalité. J’ai recommencé donc mes chuchotements à la mer, mes promesses et j’ai eu l’impression que tous les océans m’écoutaient. Après une heure ou peut-être deux, j’ai pris le chemin du retour à la vie. Au fond de moi je sais que quelque chose en moi va changer pour toujours depuis cette journée et que cette fois je vais tenir à mes promesses à la mer…

3 commentaires on “Mes chuchotements à la mer d’Antibes

  • Je connais Antibes. J’y ai vécu un bon mois avant de revenir à Nice. 🙂 Ah la Côte d’azur et ses plages enchanteresses…
    Ton texte m’a rappelé le sable chaud et les galets… Merci pour ce petit moment d’évasion antibois. 😉

  • Etre en tête à tête avec la nature est toujours un moment fort et inoubliable. Merci de nous rappeler que la nature est toujours là pour nous écouter quand on est un peu perdu dans la vie quotidienne.

  • Bravo! J’ai aimé l’agencement des idées. Ça semble très jolie ton histoire, elle me semble réelle, mais parfois j’ai tendance à croire que je lie un poème: « le Lac » de Lamartine. En tout cas félicitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *